Trump galvanise les suprémacistes blancs (interview)

Interview le 13/08/17 pour France Info (journal)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le 13 août 2017, j’ai accordé une interview à France Info sur les propos du Président Trump sur le suprémacisme américain.

Donald Trump « prend beaucoup de précautions pour ne pas critiquer l’extrême droite raciste nationaliste et suprématiste blanche » et passer pour le défenseur d’une « Amérique blanche… sans minorité raciale, sans immigration ». « Il galvanise l’extrême droite suprémaciste blanche ».

 Rassemblement de suprémacistes aux Etats-Unis, août 2017

 

Une femme de 32 ans a été tuée samedi 12 août à Charlottesville, par une voiture qui a foncé volontairement dans la foule de contre-manifestants venus s’opposer à un rassemblement de l’extrême droite américaine : néo-nazis, suprémacistes blancs, Ku Klux Klan (KKK) ou membres de l’« Alt Right ». Il y a également une trentaine de blessés. Les réactions n’ont pas manqué aux Etats-Unis où « Trump galvanise l’extrême droite suprémaciste blanche », selon Marie-Cécile Naves, chercheuse à l’IRIS, l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, invitée de franceinfo.

franceinfo : Donald Trump a condamné ces violences, sans se prononcer sur la responsabilité de l’un ou l’autre des camps en présence. « Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine. Il n’y a pas de place en Amérique pour ce type de violences », a-t-il écrit sur Twitter. Que pensez-vous de cette réaction ?

Marie-Cécile Naves : Aux États-Unis, les suprémacistes blancs sont marginaux mais galvanisés par Trump. Il a dans son entourage des gens qui soutiennent ce type d’idéologie, notamment ses conseillers les plus proches.

Nous sommes habitués à ce que Trump exprime clairement son opinion sur Twitter ou dans la presse, et là dans les condamnations qu’il fait de Charlottesville, il reste ambigu pour l’instant.

On va voir si aujourd’hui il change d’attitude. Il prend beaucoup de précautions pour ne pas critiquer l’extrême droite raciste nationaliste et suprématiste blanche.

Pourquoi Donald Trump agit-il ainsi ?

Pour ménager cette extrême droite qui est très minoritaire aux États-Unis, mais qui renvoie aussi à tout un ressentiment beaucoup plus large. D’ailleurs, un ancien chef de Ku Klux Klan lui a rappelé qu’il lui devait sa victoire. C’est un message qu’il envoie à une population un peu plus grande en disant, ‘moi je défends l’Amérique blanche, l’identité américaine telle que vous l’entendez, c’est-à-dire sans minorité raciale, sans immigration.’

C’est aussi la défense d’une Amérique patriarcale car c’est une violence masculine.

Donald Trump peut-il se permettre de rompre avec cet électorat-là ?

Non, puisque c’est celui qui le soutient le plus aujourd’hui. Il a une cote de popularité qui est très faible, mais qui est assez importante dans l’électorat républicain. Plus des trois quarts le soutiennent, mais surtout, ses afficionados, on les retrouve dans cet électorat extrémiste qui exprime un grand ressentiment et une grande frustration par rapport aux changements multiculturels, démographiques de l’Amérique. Donald Trump a tout le temps un discours de galvanisation de l’extrême droite.

Les propos de Donald Trump ont choqué même dans son camp. Le sénateur de Floride, Marco Rubio, l’a incité à prendre ces évènements pour ce qu’ils sont : « Une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs ». Pourquoi une telle réaction ?

Ce qui est intéressant de voir, c’est que des leaders républicains ont parlé de terrorisme, condamné le racisme et c’est un nouveau point de division entre Trump et le parti Républicain qui ne veut absolument pas être amalgamé avec le Ku Kux Klan. Donc ce sont des divisons au sein du parti républicain et dans l’entourage de Trump entre les gens qui veulent pousser le parti davantage vers l’extrême droite et d’autres qui ne veulent pas être amalgamés avec.

(Photo : ABC News)