Nouvel ouvrage, à paraître en janvier 2018 (éditions Textuel)

Trump analysé par le prisme du genre

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Trump, La revanche de l’homme blanc, Editions Textuel, sortie le 17 janvier 2018

Désireux de satisfaire « les hommes blancs en colère », Trump a placé au cœur de son projet le rétablissement d’une masculinité – blanche – hégémonique. C’est donc sous le prisme du genre que Marie-Cécile Naves propose une lecture aussi originale que convaincante de la politique intérieure et extérieure et de la communication du 45e président des États-Unis.
Par contraste avec Obama, qu’il qualifie de « faible », Trump se met en scène en chef autoritaire en cultivant son impulsivité et sa misogynie. Il vise un illusoire retour à l’âge d’or de la domination mondiale des États-Unis en jouant sur les peurs identitaires et la nostalgie.
Dans un contexte où les droits des femmes sont ouvertement attaqués pour défendre un patriarcat qui se sent menacé, Marie-Cécile Naves pose cette intéressante question : le féminisme peut-il prendre la tête de l’opposition à Trump ?

Sommaire :

Introduction : Un « old white man » à la Maison blanche

I – « Make America Great Again » : la masculinité old school comme projet politique

1) Les obsessions identitaires des « hommes blancs en colère »

2) Les masculinistes, leurs médias et leurs réseaux

3) Donald Trump, héros masculiniste

II – Une politique intérieure au secours d’un patriarcat menacé

1) Défendre l’ouvrier blanc sans diplôme et déclassé ?

2) Des politiques contre les femmes : un choix idéologique et budgétaire

3) Remettre les LGBT « à leur place » : dans la marge

III – « America first » ou la diplomatie égotique

1) L’impossible promesse protectionniste et l’économie du « moi d’abord »

2) Bomber le torse pour masquer l’absence de stratégie militaire

3) Environnement : détruire la planète, au risque de l’isolement

IV – Le style Trump : violence misogyne et mise en scène viriliste

1) Le sexe de Trump

2) L’iconographie officielle : le pouvoir de l’homme blanc

3) Une communication péremptoire et sans nuances

Conclusion : Le féminisme peut-il prendre la tête de l’opposition à Trump ?

Commander le livre ici.

Sur le même thème