Trump, président masculiniste (« Chronik »)

Article publié sur Chronik.fr, le 8/11/17

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Il y a tout juste un an, le 8 novembre 2016, Donald Trump était élu 45e président des États-Unis. L’heure est venue d’un premier bilan et les sujets sont nombreux, tant sur sa politique intérieure que sur ses options géopolitiques et sa communication. L’occasion de proposer une analyse de cette présidence au prisme du genre.

La sidération n’est toujours pas retombée. Le soir de sa victoire, il y a un an, Trump lui-même n’y croyait pas. Il ne triomphait pas, au contraire d’un Mike Pence, tout sourire derrière lui, au moment où il faisait sa première déclaration de président élu. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui, y compris chez les républicains, demeurent incrédules face à un président qui, en dehors de ses conseillers et de ses ministres, s’informe essentiellement sur Fox News, refuse de se plonger dans la complexité des dossiers et insulte régulièrement médias, joueurs de football et chefs d’État étrangers sur ses deux comptes Twitter.

Pour autant, le parti comme les élus républicains ont, à un an des élections de mi-mandat, besoin d’un Trump qui galvanise ses supporters et qui conserve, malgré une impopularité record, une base solide de soutiens, contre vents et marées – enquête du procureur spécial Mueller, échec des principales réformes législatives, non-tenue de nombreuses promesses de campagne, etc.

Car il ne faut jamais oublier que la victoire de Trump tient à un projet, celui de restaurer une Amérique blanche et patriarcale, ou du moins d’en retarder la disparition. Ce projet, c’est ce qui a séduit les « hommes blancs en colère », qui lui accordent encore leur confiance, et qui ont fait basculer l’élection dans les États-clés – même si Trump, pour l’emporter l’an passé, a aussi pu compter sur l’électorat républicain traditionnel des catégories sociales supérieures et des évangélistes.

UN OLD WHITE MAN POUR DÉFENDRE LES ANGRY WHITE MEN

Trump est avant tout un président clivant. Il attise les divisions socio-économiques, religieuses, raciales, genrées, et même politiques au sein du camp conservateur, d’une part parce qu’il se soucie peu de l’intérêt général, d’autre part parce que le chaos l’entretient dans son ambition d’homme providentiel. Seul contre tous, Trump rêve d’une démocratie plébiscitaire. Il prétend camper un chef autoritaire.

La dimension genrée de la présidence Trump va au-delà de son machisme.

Ses options et décisions politiques, son agenda, le choix de ses collaborateurs (ministres, conseillers, responsables d’agences gouvernementales sont essentiellement des hommes blancs), le style et l’iconographie de sa présidence donnent à voir une « masculinité hégémonique ». Celle-ci, selon la définition des sociologues Raewyn Connell et James W. Messerschmidt, consiste dans l’ambition de la perpétuation d’un système patriarcal, d’une domination des hommes hétérosexuels (en occurrence, blancs) sur les autres catégories de la population du pays – femmes, immigrés, musulmans, gays et transgenres, Africains-Américains, etc.

De manière théâtrale, Trump prétend faire corps avec cette masculinité hégémonique. Car son machisme ne se limite ni aux commentaires sur l’apparence physique des femmes politiques et des journalistes, ni aux soupçons d’agressions sexuelles et de viols dont il fait l’objet – et que le scandale Weinstein a réactivés. La dimension genrée de la présidence Trump va au-delà.

LA POLITIQUE IDENTITAIRE, C’EST AUSSI LE GENRE

La promesse identitaire de Trump, c’est bien sûr la race et la religion. C’est aussi le genre. Lorsque le sociologue Michael Kimmel publie, en 2013, son célèbre ouvrage Angry White Men, il décrit les frustrations de ces hommes blancs qui n’acceptent pas les évolutions démographiques et sociologiques de leur pays. Ces frustrations, l’élection de Barack Obama les a cristallisées et Donald Trump a su les saisir et les instrumentaliser.

Si les réseaux masculinistes, que l’on retrouve beaucoup à l’extrême droite et notamment chez les suprémacistes blancs, ont fait de Trump leur héros, leur sauveur, la politique qu’il mène, et qu’il donne à voir, ne consiste pas seulement à satisfaire ces groupuscules comme après Charlottesville : elle est, de part et d’autre, en faveur des hommes blancs. Trump, qui veut être l’anti-Obama, ce président « faible », « qui s’excuse », cet intellectuel, homme de compromis plus que d’action, ne cache pas sa nostalgie des États-Unis patriarcaux et dominateurs des années 1950, où chacune et chacun « était à sa place »… y compris les Noirs.

Lire la suite sur Chronik.fr

Sur le même thème