Articles

Aux États-Unis, les opposants à la lutte contre les discriminations « raciales » ont le vent en poupe (« Chronik »)

La décision d’abolir le programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals), en faveur des immigrés sans papiers arrivés mineurs aux États-Unis avec leurs parents (« Dreamers »), est le dernier épisode du combat de la Maison blanche contre le multiculturalisme. Les politiques d’« affirmative action » dans les universités américaines sont elles aussi menacées par la nouvelle administration. […]

Articles

Chelsea Manning dans le « Vogue » américain. Un soft power anti-conservateur (« Chronik »)

Le numéro de septembre 2017 du Vogue américain publie une interview de Chelsea Manning, photographiée par la portraitiste Annie Leibovitz. Cette ancienne militaire transgenre, baptisée Bradley à la naissance, est une icône politique, un symbole de la résistance à l’Amérique conservatrice. […]

Articles

Trump à Paris le 14 juillet. Le storytelling franco-américain de la guerre et de la paix (« Chronik »)

L’invitation, par le Président de la République, de Donald Trump pour le défilé militaire du 14 juillet nourrit l’histoire franco-américaine de la construction de la paix, hier en Europe, aujourd’hui au Moyen-Orient. […]

Alternatives économiques
États-Unis

« Alt-right » et l’extrême droite américaine (interview)

Interview accordée à Régis Meyran pour « Alternatives économiques », publié le 11/09/17.
« Alt-right », le nouveau visage de l’extrême droite américaine

La nouvelle extrême droite américaine, qui s’auto-désigne de façon euphémisée par le terme « alt-right » (droite alternative), a pour base populaire une nébuleuse aux contours flous, qui rassemble différents groupes aux intérêts divers : suprématistes1 blancs, néonazis, commandos chrétiens anti-avortement, sociétés secrètes comme le Ku Klux Klan, organisations paramilitaires « patriotiques »… […]

Donald Trump
Articles

Trump, président des « angry white men » (« Huff Post »)

En revenant, le 15 août, sur sa déclaration de la veille condamnant les violences racistes de Charlottesville et les mouvements suprémacistes blancs, Trump s’assume comme le défenseur de l’identité blanche de l’Amérique et légitime le racisme.

Cette fois, cela se passe chez lui, à la Trump Tower. Pas à la Maison blanche. C’est une déclaration personnelle, et non pas lue sur un prompteur. Ce 15 août, Donald Trump vient de rendre caduc son communiqué prononcé la veille à Washington – sans nul doute sur l’insistance de plusieurs conseillers – qui condamnait les suprémacistes blancs et qualifiait le racisme de « mal » (« evil »), et de revenir à ses premiers commentaires, du 12 août, sur Charlottesville. « La violence est condamnable des deux côtés », dit-il aux journalistes le 15 août – il avait, trois jours plus tôt, répété l’expression « from many sides ». […]

Franceinfo:
États-Unis

Volte-face de Donald Trump sur les violences à Charlottesville (interview)

Samedi 12 août, après la mort d’une jeune manifestante antifasciste pendant un défilé de militants de l’extrême droite américaine à Charlottesville en Virginie, Donald Trump avait refusé de condamner ces derniers, affirmant que la responsabilité était des deux côtés. Lundi, sous la pression de ses conseillers en communication, le président des Etats-Unis a finalement dénoncé un « racisme inacceptable ». Mardi, depuis la Trump Tower à New York, il a fait volte-face en renvoyant dos à dos les groupes d’extrême droite et les antifascistes. […]

Franceinfo:
États-Unis

Trump galvanise les suprémacistes blancs (interview)

Donald Trump « prend beaucoup de précautions pour ne pas critiquer l’extrême droite raciste nationaliste et suprématiste blanche » et passer pour le défenseur d’une « Amérique blanche… sans minorité raciale, sans immigration » […]