libe-113838

L’exclusion et le repli sur soi ont un coût

12 février 2015 admin 0

En choisissant de renouer avec la vieille rhétorique de l’assimilation que l’on pensait définitivement enterrée, en la préférant à un concept pourtant lui-même vidé de sens, « l’intégration », Nicolas Sarkozy a incarné, le 7 février 2015, à la Mutualité, le refus d’un monde qui change, inéluctablement.

La société française est porteuse de richesses précisément par le pluralisme ou plutôt les pluralismes qui la traversent. Ce n’est pas un vain mot, ce n’est pas un vœu pieu moralisateur, c’est une réalité concrète. Mais parce que certains s’obstinent à ne pas le voir, c’est autant de cohésion sociale gaspillée, et c’est aussi un coût économique considérable. Continuer à laisser penser que les immigrés, ainsi que leurs enfants et petits-enfants, français, nés et socialisés en France, sont a priori un problème participe, bien plus qu’on ne le croit, de la défiance généralisée qui nous mine. Non seulement à l’intérieur de nos frontières, mais aussi à l’international : un pays qui ne se fait pas confiance, qui ne fait pas confiance à sa population, ne suscite pas la confiance des autres.

Les travaux internationaux sur le coût que les inégalités font peser sur la croissance se multiplient. Sur les plans économique comme sociétal, les pratiques et les discours discriminatoires occasionnent une dynamique négative faite de peurs, de haine, ou a minima de préjugés et de méconnaissances, qui se traduit par le renoncement à des compétences et des intelligences. Les discriminations ne sont une bonne affaire pour personne.

Unknown

Les « anti-gender » ou le refus de l’égalité hommes-femmes

1 septembre 2014 admin 0

La droite et l’extrême droite françaises, les « anti-gender », ont inventé la « théorie du genre » qui, telle le roi des Aulnes de Goethe, enlèverait ou pervertirait sexuellement les enfants. Ce mythe, qui conduit à confondre genre, sexe, transgenre, homosexualité et pornographie, est né, chez certains, d’une méconnaissance inouïe des concepts et, chez tous, d’un mépris à peine masqué pour les sciences sociales et les chercheurs. Ce mythe serait risible s’il n’était pas un alibi pour déverser les pires diatribes sexistes (et homophobes), au nom d’une biologie sacralisée, sacrée, mystifiée, au nom d’une inégalité éternelle des hommes et des femmes sous prétexte de différence « naturelle ». Ces mêmes arguments ont d’ailleurs longtemps été utilisés pour justifier le racisme et l’esclavage.

Car si la « théorie du genre » est une invention, il existe bel et bien des études de genre qui démontrent la dimension politique, ainsi que la construction sociale des rapports entre les hommes et les femmes.

libe-113838

Le signal d’un trouble civilisationnel et d’une crise démocratique (à propos du FN)

29 mai 2014 admin 0

Généralement, le vote FN est associé à des raisons économiques : il suffirait de réduire le taux de chômage, d’augmenter le pouvoir d’achat des Français pour que, mécaniquement, le vote FN disparaisse. Bien sûr, la question économique est centrale, et d’ailleurs le FN lui-même élabore un discours (autour du protectionnisme économique notamment) censé répondre à cette dimension du mécontentement. Mais peut-on pour autant considérer que, comme beaucoup l’avancent, une fois la situation économique sous contrôle, le discours frontiste ne ferait plus recette ?

mots2

Usages politiques des récits d’agressions urbaines antisémites et de violences policières. De la rumeur à la mobilisation

31 mars 2010 admin 0

L’article propose une étude des processus allant de la rumeur à la mobilisation politique, à travers les exemples français de récits d’agressions urbaines présentées comme antisémites – par le biais d’une analyse de presse écrite et électronique – et de violences policières – avec comme terrain d’étude le réseau Résistons ensemble. Les outils sont ceux de la sociologie des mobilisations et de l’analyse de discours.

2

Dictionnaire de l’extrême droite

10 juillet 2007 admin 0

En analysant le sens et les sous-entendus du discours de l’extrême droite, mais aussi en décrivant les organisations, les partis, en relatant les parcours des leaders et des hommes de l’ombre ou en expliquant les positions sur les problèmes du moment, ce dictionnaire permet de mieux comprendre les ressorts et les ambitions d’une famille politique