Défaite de Roy Moore : Trump est-il fragilisé ?

Invitée de France Culture, le 15/12/17

Le 15 décembre 2017, j’étais invitée dans l’émission « Cultures Monde » sur France Culture, aux côtés de Marc Semo, journaliste au « Monde », et Denis Lacorne, chercheur au CERI-Sciences Po, pour faire un point sur la présidence Trump.

Cette table-ronde était intitulée « De quoi la défaite du candidat républicain en Alabama est-elle le nom ? »

Une émission présentée par Florian Delorme.


Dans une première partie d’émission, nous accueillons Thomas Cantaloube de retour d’Afrique du Sud. Puis dans un second temps, nous reviendrons sur la défaite du républicain Roy Moore à l’élection sénatoriale dans l’Alabama. Que signifie la perte de ce bastion républicain soutenu par Donald Trump ?

Ça devait être un scrutin facile, la place laissée vacante dans l’Alabama par le ministre de la justice – Jeff Sessions – devait naturellement revenir au candidat des Républicains : l’ultraconservateur Roy More.

Mais rien ne s’est passé comme prévu, après les révélations du Washington Post sur son trouble passé (il est soupçonné de délits sexuels), c’est finalement le candidat démocrate, Doug Jones, qui l’a emporté. Un séisme politique pour cet état où il faut remonter à 25 ans pour voir la victoire d’un sénateur démocrate et où on n’a pas voté majoritairement pour un président démocrate depuis 1976.

Comment analyser ce résultat ? Que nous dit-elle des fractures qui traversent le pays ? Et quelles conséquences pour Donald Trump lui-même, qui avait soutenu le candidat républicain en choisissant de faire de son élection un véritable enjeu national ?

J’ai ajouté que, si l’on peut affirmer que la défaite de Roy Moore fragilise le président, la réforme fiscale en train d’être adoptée au Congrès sera considérée, par le clan républicain, comme une grande victoire. Il ne faut pas sous-estimer Donald Trump.

Réécouter le podcast :

Sur le même thème